Bassin de Prades - Lalevade

Le département de l’Ardèche n’est pas riche en mines de houille. Les deux centres de production houillère sont le bassin dit de Prades et Nièigles et le bassin de Banne qui est le prolongement nord du bassin houiller du Gard.

 

Bassin de Lalevade d’Ardèche (Prades)

Présentation du bassin

Le bassin houiller de Lalevade d’Ardèche porte dans la littérature et dans les documents officiels différentes appellations selon l’époque : anciennement on trouve par exemple, l’appellation de « Bassin d’Aubenas », la ville  voisine la plus proche , ou aussi « bassin de Prades », dans la période plus récente on parlera de la mine de Champgontier ; on retiendra pour désigner l’ensemble de ce petit bassin l’appellation de « bassin de Lalevade », siège de la principale exploitation.

 

Ce bassin a fait l’objet de deux concessions : la concession de Prades et Nieigles (dite aussi mines de Champgontier) et la concession de Jaujac.

 

 

Le gisement du bassin de Lalevade est assez complexe enclavé dans les gneiss au sud, les schistes micacés mêlés au gneiss au sud. La bassin s’étend sur 11 km d’ouest en est et sur 2 km du nord au sud. Dans la partie Est, l’orientation générale du bassin est NE-SO  puis s’infléchit vers l’ouest en devenant sensiblement Est-Ouest. Le bassin est coupé en deux par une coulée de basalte nord-sud.

 On distingue quatre faisceaux de couches en alternance avec des étages stériles. D’est en ouest on trouve ainsi :

 -          le système inférieur (ou faisceau du puits Chalmeton) qui comprend 2 couches (1 et 0) très inclinées présentant des renflements pouvant atteindre 27 m d’épaisseur ;

-          un système de 4 couches (ou faisceau du puits Tailhade) de 0,70 à 1,20 m d’épaisseur, lenticulaires (couches 1, 2, 3 et 4), inclinées à 45° et qui ne se prolongent pas en profondeur ;

-          une système supérieur (ou du puits Armand) avec 5 couches Bèque, Pialade, Grande Mine, Glaudette et Crouzonne ;

-          enfin, à l’ouest de la coulée basaltique, un faisceau formant cuvette qui comprendrait 6 couches qui sont probablement la continuation du système supérieur (Dumas).

 Le faisceau du puits Armand forme une cuvette qui comprend du toit au mur :

-          couche Crouzonne de puissance très variable (de 0 à 9 m) fournissant un anthracite très friable (18 à 30 % de cendres) ;

-          couche Glaudette de 0,20 à 0,50 m d’ouverture donnant un charbon anthraciteux à 15-25 % de cendres ;

-          Grande Mine de 2,50 m d’ouverture avec du très bon charbon ;

-          couche Pialade de 0,20 à 0,30 m d’ouverture inexploitable ;

-          couche Bèque avec les mêmes caractéristiques que la précédente.

 Ces couches forment une cuvette allongée dont le grand axe est en direction Est-Ouest. L’ancienne Compagnie des mines de Prades a exploité partiellement la portion Est de cette cuvette. Cette ancienne exploitation desservie par le puits Armand a porté en partant des affleurements Est sur le flanc Nord de la cuvette. Le flanc sud n’a été que peu reconnu.

 L’exploitation sur le flanc Nord s’est développée sur une longueur de près de 600 m. Elle a été arrêtée sur une faille qui n’a jamais été traversé alors qu’elle était encore à près d’un km du cratère de Jaujac qui paraît avoir affecté particulièrement cette cuvette dans sa partie Ouest. En profondeur l’ancienne exploitation a porté d’abord sur les couches les meilleures : Grande mine d’abord, puis Crouzonne tandis que Glaudette n’a été travaillée que très irrégulièrement.

 Sur les 1.540 ha du bassin, on considérait en 1912 que seuls 1.400 ha était en fait stériles ; En 1912, seulement 48 ha avait été exploités et les réserves probables restantes étaient estimées à moins d’un million de tonnes. La mine n’est pas grisouteuse.

 Contrairement aux charbons du Gard, le charbon de Lalevade est très anthraciteux ; il contient moins de 10 % de matières volatiles et a un pouvoir calorifique de 8.200 cal. A la combustion, il dégage une odeur de soufre et se stocke mal. Malgré tout, le charbon convient bien au chauffage domestique ; les usines et les fours à chaux du Teil utilisent les menus.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site