Concession de Pigère et Mazel

Concession de Pigère et Mazel

 

Cette concession contient les deux faisceaux carbonifères supérieurs de la formation houillère. La concession de Pigère et Mazel contient deux champs d’exploitation distincts : les mines de Pigères ouvertes dans la partie inférieure du terrain houille et celles du Mazel dans la partie supérieure.

 

L’exploitation de Pigère est située près du hameau du même nom.. les mines étaient exploitées déjà au XVIIIème siècle. Le gisement est constitué de 5 couches  de 1 à 6m de puissance. Les couches plongent à l’est à 35°.

 

Le gisement a été reconnu par la galerie des Piles et par la galerie  Ste Barbe située 9 m au dessus de la galerie des Piles et qui a recoupé le même faisceau.

 

En 1850 une nouvelle galerie a été ouverte dans le Vallat de Doulovy d’est en ouest vers le hameau de Belbezet. En septembre 1853 elle atteignait 350 m de long. Depuis 1851 l’exploitation de la galerie des Piles est abandonnée par suite d’ennoyage. Elle a été remplacée la nouvelle galerie de Doulovy située plus bas. En 1859, la concession est exploité. En 1862, deux quartiers sont exploités : Pigère et Lacombe ; on considère à l’époque qu’ils sont presque totalement exploités. Un puits de recherche commencé pour tenter de retrouver les couches de Pigère a été arrêté en août 1861 sans succès. Il est repris en 1862 jusqu’à 196 m, sans rien donner.

 

En 1876, l’activité se ralenti par suite du ralentissement économique comme à Sallefermouse et aussi de l’épuisement de la mine.

 

L’exploitation du Mazel est ouverte dans l’étage supérieur séparé du précédent par environ 200 m de stériles ; c’est un faisceau en fond de bateau qui est en voie d’épuisement. L’exploitation est ouverte au Vallat de Lacombe au dessus du village de Banne. Le faisceau est composé de 6 couches d’épaisseur variable dont les deux plus importantes sont la Grand’Couche (1,30 m) et la couche dite mine de la Paro (1,25 m).

 

En 1877 dans la couche supérieure, on enlève les derniers piliers dans les vieilles fosses du versant ouest et on cherche à les relier à la galerie Lacombe du versant de Banne pour l’aérer afin d’attaquer le reste du fond de bateau. Le second faisceau est exploité près de Pigère et toute la partie qui se trouve en dessous du niveau des eaux est presque terminée ; on prépare la partie située au-dessus de ce niveau au moyen du puits Doulovy.

 

En 1879, l’activité est faible ; on glane dans les anciens travaux de Garde Girald sur le faisceau de Pigère. Une entreprise a exploité la couche 2 de Mazel.

 

En 1883, on a repris d’anciens travaux dans la galerie du Cros-Brûlé au voisinage du puits des Pilles. Au Mazel on continue l’exploitation d’une petite couche de 0,30 à 0,40 m d’épaisseur.  Ces glanages se poursuivent en 1886 aux TB Garde-Giral ou du Cros-Brûlé et à la galerie Thomas qui servent pour la sortie des charbons.

 

Exploitation de 1886 à 1900

la mine de Pigère et Mazel dont l’accès n’est possible qu’aux charrettes, règle son extraction sur les besoins des localités voisines qui peuvent seules utiliser les produits. L’exploitation est limitée aux glanages dans les vieux travaux des couches de Garde-Giral tant  par la galerie du Cros-Brûlé que par celle de l’ancienne galerie Ste Barbe qui a été relevée et qui atteint les anciennes exploitations à 120 m du jour. La cuvette qui est située en contre-bas de la galerie du cros-Brûlé n’a pas donné tous les résultats qu’on attendait. L’exploitation est donnée à deux entrepreneurs associés (dont un M. Evesque cité en 1897) sous le contrôle du concessionnaire.

 

Les travaux sont très peu importants et limités à des glanages effectués dans les régions du TB Garde-Giral, TB Cros-Brûlé et de la galerie Thomas.  Fin 1894 la galerie Ste Barbe a été relevée pour reprendre les couches du puits des Pilles en aval pendage des anciens travaux. Trois descenderies ont attaqué la Grand’couche. Deux pompes à bras élèvent les eaux.  Les trvaux de la galerie du Cro-Brîlé sont abandonnés en février 1896, l’extraction provient surtout de la galerie Ste Barbe qui a 200 m de longueur.

 

En 1893, la mine occupe 17 ouvriers au maximum avec une extraction de 8 à 10 t/jour.

La mine de Pigère a occupé en 1895, 18 ouvriers qui produisent journellement 7 à 10 tonnes

 

 

 

Exploitation de 1929 à 1947.

 

Dans la concession de Pigère et Mazel, l'exploitation se poursuit en 1929 au quartier du Mazel dans les 4 couches exploitées en partie par les anciens. La galerie du Jardin, cote 396, est terminée. Dans la région de la Baraque, cote 360, on a poursuivi le traçage de la couche 2 de 60 m jusqu'à la rencontre de la cuvette et on dépile les parties comprises entre la galerie et le trias. Dans les anciens travaux de la couche 4, on a creusé une descenderie de 60 m de long allant à la cuvette est du Mazel cote 344 où on fait 10m de galerie en direction côté ouest et creusé un TB de 50m de long lequel a recoupé la couche 3 vierge de 0,3 m d'épaisseur. On poursuit un TB pour recouper les dressants des couches 3 et 4 du Banquet. A la galerie des Griffes, cote 340, on a continué les glanages dans les vieux travaux de la couche 1 et à proximité de la Grande Faille de la Bomelle. Tous les glanages ont été suspendus au 1er octobre. La galerie de la Combe Basse , cote 320, a été réparée jusqu'à la couche de la cuvette est du Mazel. En 1931, les travaux concernent la couche 2 de la cuvette du Mazel.

 

En 1930 la mine occupe 51 ouvriers au fond et 7 au jour ;  en 1931, 24 au fond et 12 au jour. Elle est fermée en 1935.

 

En 1944, la production a été de 3.670 tonnes. Le faisceau Garde Giral, de médiocre qualité est exploité jusqu'en 1945 (exploitation des piliers résiduels en couches Meinasses et Ferrin). Le quartier des Pillhes est repris depuis octobre 44. Il comprend 4 couches en plateure à l'Est et en dressant à l'Ouest. Une descenderie est poussée dans le dressant ; elle a été attaquée au jour à la cote 323 et atteignait fin décembre 44, la cote 304 où elle recoupait le dressant de Grande couche partiellement dépilé.

 

En 1946 la production se concentre sur le faisceau des Pilhes. Ce faisceau comprend 4 couches affleurant à l'Ouest sous forme d'hémicycle. Les 4 couches du faisceau sont :

                        - Grande Couche (3 à 4 m en 3 bancs) ;

                        - Couche de 1 m (0,80 à 1 m) ;

                        - couche Sept Pans (1,75 à 2 m) ;

                        - Petite Couche (0,50 m).

 

Dans ces 4 couches le charbon est d'excellente qualité : 7 à 10 % de cendres, 30 % de MV. Ces couches forment une cuvette présentant des dressants à l'Est et des plateures à l'ouest.  depuis la fin du XVIIIème siècle cette cuvette a fait l'objet d'exploitation à diverses reprises notamment en plateure jusqu'à la cote 287. Le dressant a été peu exploité.

 

Un plan incliné poussé en Grande couche est passé en 1946 de la cote 290 à la cote 282 au 31 décembre. La progression a rencontré de nombreux problèmes d'exhaure. Des niveaux ont été tracés aux cotes 292, 287 et 282 et on a pris entre ces niveaux les piliers résiduels laissés par les anciens.  La remise en état du puits de Pilhes est alors envisagé. En 1946 la production est de 4.365 tonnes avec un effectif moyen de 30 personnes. Ces mines furent exploitées jusqu'en 1947.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site